Narrations est un recueil écrit par Bernard Louis Lallement en 2013.

 

 

Où trouver ce recueil ?

Narrations est publié aux éditions TriArtis (2014).

ISBN 978-2-916724-52-2

42 pages 12 X 20cm.

7€

............

ECOUTER UN EXTRAIT AUDIO DE L'UN DES TEXTES

 

PRÉSENTATION

 

«Y'a comme un charme dans ma vie. Quelque chose qui occulte. Douloureuse conscience de mon incapacité à être en relation avec les autres. Une contrainte qui s'estompera peut-être un jour. Lorsque je serai "désenvoûté". La première femme de mon père, l'épouse lapone délaissée, m'a-t-elle jeté un sort ? » , écrivait en 2001 Bernard Louis Lallement dans son Catalogue du Sol double.

Narrations raconte peut-être ce désenvoûtement. En l'espace de quelques jours, l'auteur, qui se rend compte de la douloureuse perte de mémoire de deux êtres qui lui sont chers, réalise que l'étau se desserre petit à petit et qu'il est presque libéré. Son personnage sortira dès lors du domaine de l'irrésolu et pourra enfin entreprendre « ce vrai départ pour de bon » , qu'il escomptait depuis tant d'années.

Bernard Louis Lallement, par son écriture d'improvisation tendant vers la narration, avec ses sauts imprévisibles du pathétique au cocasse (ou l'inverse), par le biais de petites histoires qui naissent soudain et apportent chacune leur touche à une histoire d'ensemble, brosse dans Narrations une fresque autobiographique distanciée.

 

EXTRAIT DU TEXTE

 

« Les monstres de ma vie. »

Je cherche de l’épaisseur. C’est peut-être l’une des premières pensées qui vint à Adam, une fois qu’il eut été viré du Paradis.

C’est pour cela qu’il était parti. Il commençait à comprendre. « La quête du mystère. » Quelque chose d’ombreux qui ne s’explique pas. J’étouffe dans le plat.

Comme si, comme si, par inadvertance, un frisson d’inconnu enchantait la vie. Pouvait encore. Tant le cherchent dans les jeux de hasard.

Mais la pluie par la fenêtre. Mais ces rivages sombres du trop connu, du trop pensé. Même les reflets me trahissent. « C’était noir et c’est tout blanc. » La dame qui jardinait, derrière la grille, dans mon territoire.  Mendiant de la mémoire, j’étais. Oh ! que le ciel était lourd ! « Mais vous vous souvenez ? Mais vous vous souvenez ?... » Comme un cristal qui tombe et se brise en mille morceaux. Là et puis ?

Derrière chaque goutte d’eau, il y avait un miroir. Il te faudra rôder dans les sous-sols, toi aussi.

 

C’est ainsi qu’il est parti.

 

FIN ?

 

(11 octobre 2013)

 

....................................................